Réparer les vivants (***)

kerangalEn ce dimanche matin, Simon Limbres, jeune lycéen de 19 ans, est décédé à l’hôpital pour avoir traversé le pare-brise de la camionnette que conduisait son ami sur le chemin du retour d’une « session » de surf. Même si l’annonce n’est pas encore officielle, le diagnostique est bien la mort cérébrale. Pierre Révol et Thomas Rémige, médecin de garde et infirmier responsable des dons d’organes, vont alors avertir les parents du jeune homme et les aider à traverser cette épreuve tout en les amenant à accepter de faire don des organes de leur fils afin de pouvoir sauver d’autres vies humaines. Nous voilà embarqué dans les 24 heures suivant l’annonce de la mort de Simon Limbres.

Faisant partie du jury du Prix du livre « l’Express » en 2011, Maylis de Kerangal l’obtient en 2014 pour son livre Réparer les vivants. L’auteur a su faire partager les émotions et la tension entre les personnages au point de mettre la larme à l’œil. Le seul bémol est la longueur des descriptions en une phrase qui peut parfois atteindre une page. Ce livre peut intéresser les amateurs d’histoires réelles.