Pierre Croce : Powerpoint Comedy (***)

vz-0A93A1EC-F1CB-49C8-9EA7-A5C6FF97EC67Pierre Croce, youtuber français qui prend de plus en plus d’ampleur, a décidé de faire un spectacle qu’il joue sur Paris et aussi sur Avignon pendant le festival. On retrouve bien son identité dans les schémas et les blagues qu’il fait. En effet, il aime ressortir des péripéties de la vie quotidienne à travers des graphiques et un powerpoint, comme il le fait souvent dans ses vidéos. Ce one man show n’est pas limité à un sujet, au contraire, il évoque des thèmes très variés et qui ne se rejoignent pas forcément. Les anecdotes de la pièce sont assez générales, évoquant les aspects de la vie, mais se penchant surtout sur les réseaux sociaux et notre comportement dans certaines conditions. Pierre Croce nous donne de quoi rire mais ne va malheureusement pas assez en profondeur. Cela peut se trouver dans le fait que la pièce ne dure qu’une heure, une durée assez concise pour un one man show et trop courte pour pouvoir rentrer dans le monde du comédien. On aimerait avoir plus de substance et d’aspect personnel de sa vie ou de la vie des personnes en général mais surtout une comédie avec des bases et une trame précise.

Néanmoins, la pièce est tout à fait agréable, le comédien cherchant surtout à créer une ambiance appropriée. Le début du spectacle est d’ailleurs novateur, comme il aime l’indiquer, puisqu’il utilise la technologie pour faire son entrée.

Pratique pour une soirée tout en comédie et en légèreté.

Zidane VS Molière (***)

14352285736555_photo_hd_23983Zidane VS Molière est une pièce de théâtre comique. Dès le commencement, deux personnages ont une conversation qui montre bien leurs différents centres d’intérêts. Il y a trois protagonistes : un comédien qui révise son texte ardemment pour la pièce de Molière dans laquelle il joue, un régisseur fan de football qui est impatient de voir la finale France-Brésil, et un autre comédien ambitieux qui arrive tout de même juste avant que le spectacle commence. Mais, malgré leurs implorations, la directrice du spectacle insiste pour que la pièce soit jouée le soir de la finale, même s’il manque une comédienne et que le régisseur doit la remplacer alors qu’il ne connaît pas le texte… et qu’il doit se déguiser en fille.

On comprend dès le départ que cette pièce est largement tournée vers la comédie, et même la parodie, chaque personne incarnant un type de personne qui provoque le rire. Chacun a des principes et des défauts sur lesquels ils veulent se raccrocher, et même s’ils ont tous leur propre personnalité et qu’ils sont différents, ils se retrouvent à jouer dans la même pièce, pourtant très classique, et la tourne au ridicule. La pièce est donc tout en gaieté et extravagance. Les comédiens sont très motivés et énergiques et mettent le spectateur dans l’ambiance appropriée. Le scénario est original mais c’est surtout le jeu des comédiens qui prédomine et qui donne des formes à la pièce.  Au final, le titre est très parlant puisque c’est réellement un duel entre la pièce de Molière et le match France-Brésil.

A voir pour se détendre et rigoler sur les imprévus de la vie.

Comment épouser un milliardaire (*****)

affiche_VERNON.inddUne comédienne sur le point de se marier avec le 33ème homme le plus riche du monde décide, pour son enterrement de vie de jeune fille, de fouler une dernière fois les planches. Entre les différents conseils pour pouvoir approcher et épouser un homme du célèbre classement Forbes, elle nous raconte sa vie d’avant, de pauvre travailleuse, son métier – qui ne lui correspondait pas vraiment –, sa rencontre avec son futur mari, sa vie avec lui, sa vie de milliardaire.

Dans un monde où les sujets ont un peu tendance à tourner en rond, Audrey Vernon arrive avec un thème inédit et réellement novateur. Mieux, son propos est aussi réfléchi, ingénieux, et n’est pas un simple prétexte pour enchaîner les vannes. Traité avec intelligence, il nous intéresse à l’économie, la mondialisation, le capitalisme, choses qui nous concernent tous, mais qui ne sont pas aisées à comprendre pour nous, les « pauvres ». On rit en apprenant des choses scandaleuses, on est scandalisé en riant.

Ce one woman show est réussi grâce à un texte incisif, ciselé, surprenant, mais aussi grâce à son interprète (et auteur). Contrairement à la comédienne sans humour et sans répartie qu’elle interprète, Audrey Vernon possède une fausse candeur et une fraîcheur pétillante qui lui permet de tout faire, de tout dire, même certaines phrases assez corsées, sans jamais choquer.

On ressort de ce spectacle en ayant ri et en ayant appris. Et ça, ce n’est pas courant.

Asseyez-vous sur le canapé, j’aiguise mon couteau (****)

14520c1def190cc635659846dec9a5b2Aujourd’hui est un jour spécial pour Eleonore. Un an pile poil que sa sœur a « mystérieusement » disparu, juste avant son mariage. Ce jour, c’est aussi celui où sa créature, l’homme idéal qu’elle a fabriqué à la manière du Docteur Frankenstein pour satisfaire ses désirs, se réveille. Un seul problème : la tête choisie pour la composer se révèle être celle d’un gay. Une seule solution, prendre la tête d’un homme bien vivant et, surtout, hétérosexuel…

Lorsqu’on choisit une pièce comme celle-ci, c’est d’abord parce qu’on est attiré par le titre. Le résumé très prometteur finit par nous convaincre, alors on y va. On s’installe, et les premières secondes, on est un peu décontenancé par le jeu volontairement outrancier des comédiens. Un jeu rappelant celui des acteurs de Boulevards. Tout comme le rythme, le nombre de retournements de situations ou les quiproquos de cette pièce d’ailleurs.
Malgré tout, on reste toujours très éloigné des codes de ce style au final assez réducteur. À des années lumières du genre, l’humour est ici complètement déjanté, riche en phrase qui pourraient devenir cultes, en jeux de mots osés, pourris (et donc géniaux), en références à l’actualité ou encore en réflexion métathéâtrales bien senties. Asseyez vous sur le canapé… devient surprenant, mouvementé et ne faiblit pas. On rit souvent, un rire sincère, franc, comme seules les bonnes comédies savent les provoquer.

Karim Duval (****)

karim-duval-r4ysNous retrouvons Karim Duval cette année au festival d’Avignon, qui revient avec un one man show écrit de sa main « Melting Pot » . Il y dévoile ses origines franco-sino-marocaine tout en finesse et comédie et nous plonge dans son univers peuplé de multiples cultures et traditions. Il jongle entre accents chinois, arabe, chants et interprétations de personnages tout aussi drôles que touchants.

Tous les sujets sont traités intelligemment, c’est ainsi qu’il nous confit qu’il a mis de côté son métier d’ingénieur pour se consacrer à sa passion, le théâtre. Le spectateur est très actif quant à l’humour dont témoigne ce comédien aux origines très variées et le rire est assuré.

Sans valentin (****)

vz-6301BE3D-B21A-4B0A-A54A-01F7C7B897C3 (2)Jocelyn Flipo et Léon Vitale reviennent cette année avec une nouvelle comédie romantique, avec une pointe de nouveauté et d’originalité : la pièce évoque une relation gay. Ces metteurs en scène sont connus pour avoir réalisé plusieurs autres pièces dont Dans ta bulle qui est encore présente cette année au festival d’Avignon.

La pièce retrace l’histoire de la rencontre arbitraire de Romain et Valentin dans la salle d’attente d’un dentiste. Valentin est un jeune peintre gay, alors que Romain est galeriste et n’a connu qu’une seule fois l’amour qui depuis l’a quitté. Les deux personnages sont très différents, mais alors que Valentin joue l’insouciance, Romain prend au sérieux cette relation naissante qui prend des tournures inattendues.

La mise en scène est très bien ponctuée, on se croirait dans un film grâce au jeu entre lumières, musiques et arrêts sur image. L’histoire est captivante et nous fait beaucoup rire, comme elle nous émeut.

Alex Ramirès fait sa crise (*****)

ALEX-FAIT-SA-CRISEAlex Ramirès revient cette année au festival d’Avignon avec un nouveau One Man Show écrit de sa main. Dans ce spectacle, il nous livre son angoisse de devenir un VDST (un Vieux Dans Sa Tête) alors qu’il vient d’avoir 25 ans. Pour nous le montrer, il nous confit des éléments de sa vie, comme sa matière préférée : la récréation où il incarne tous les types d’enfants par des animaux à leur effigie, ou encore son comportement face à l’alcool ou en boîte de nuit.

Son jeu est très dynamique et drôle, il joue la bande annonce d’un film d’horreur pas comme les autres, il danse, chante et nous livre aussiune séance émotion. Le spectateur n’a pas le temps de s’ennuyer, et passe du rire au larme d’une façon très satisfaisante. Nous participons même au spectacle à la fin !

Nous autres (*)

nous-autresCette pièce de théâtre dystopique montre comment le monde serait si une autorité privait la population de choisir quoi faire et quand le faire. Les hommes seraient classés par numéro et exerceraient des actions qui ne dépendraient pas d’eux afin qu’ils n’aient aucun moyen de se rebeller. En soi, ce monde serait idéal, plus de malheur ni de révolution sévirait le monde, et les hommes seraient parfaits et exemplaires. Le problème est qu’ils seraient parfaits, mais seraient privés de leur libre arbitre et des choix qui en dépendent.

Quatre comédiens interprètent plusieurs rôles et passent des paroles aux chants afin de représenter plus exactement ce monde dystopique. Deux personnages décident tout de même de contrer l’autorité. La pièce de théâtre est donc bien malgré son atmosphère assez spéciale.

Au secours, je l’aime ! (****)

381241_au-secours-je-l-aime-1_184341L’auteur de « Petits Mensonges entre Amis » revient cette année avec une nouvelle pièce « Au secours, je l’aime ! », aussi drôle et intéressante que la précédente. Dès le départ, le titre montre le contraste que crée l’amour avec les aléas de la vie.

Trois acteurs sont en scène pour nous présenter une histoire vivante rappelant les films ou les émissions télé-réalités.

On découvre l’histoire d’un couple qui retrace leur rencontre et les différents évènements qui se succèdent. Ils vont passer des hauts et des bas avec les comportements qu’amènent l’adolescence, les projets d’avenir, les engueulades et les autres étapes de la vie… Effectivement, un couple se compose de deux personnes mais, à chaque scène, une troisième personne tente de s’immiscer dans leur histoire. Des personnes extravagantes et même fantaisistes vont rythmer la pièce pour un tout très amusant.

Pour les spectateurs aimant les comédies légères, cette pièce vous ai fortement conseillé !

En revanche, pour les spectateurs préférant les pièces de théâtre classiques ou qui nous permettent de réfléchir, cette comédie vous semblera peu intéressante, bien qu’elle permettra de se détendre.

Alex Ramires dans Serial Lover (*****)

alex-ramires-dans-serial-loverLe spectacle s’ouvre sur l’entrée fracassante du comédien qui nous livre son plus grand souhait : se mettre à la place d’un héros de série. Puisqu’en effet, dans les séries, les personnages principaux arrivent toujours à se débrouiller contre des monstres, des bombes à retardement, tout en n’ayant aucunes égratignures et en pouvant avoir la plus belle fille de la série dans son lit à la fin de l’épisode.

Alors le comédien se demande « pourquoi ne pas inventer ma propre série où je serai le héros ? », ainsi il pourra enfin avoir une relation depuis longtemps.

A travers plusieurs imitations de personnages américains, danses ingénues pour pouvoir dégotter la fille voulue, et beaucoup de surprises, nous entrons véritablement dans le spectacle sans louper une seule partie.

Le spectacle est très rythmé et nous rions de bon cœur aux réalités que le comédiens ose avouer.

Madame K (****)

madame-kAu cours de ce spectacle montrant la peur d’un individu dans la société dans laquelle il vit, les 2 comédiens en scène, Vincent Clergironnet et Dominique Posca, nous dévoilent leurs peurs quotidiennes.
Avec une scène tournante, caractérisant les jours perpétuels, et les 120 poulies suspendues à des cintres, la vie de tous les jours est très bien reconstruite. Les jeux de lumières et les jeux des personnages nous plongent merveilleusement dans l’univers inventé devant nos yeux.
Après 3 ans de construction, cette pièce de théâtre nous offre un voyage très concret grâce aux transformations physiques des comédiens.

Alors, Madame K va t-elle surmonter cette peur qui l’envahie chaque jour, et faire naître la part d’intuition cachée en elle ? Va t-elle pouvoir vivre une vie digne de ce nom sans se cacher de tous les obstacles que la vie pourrait lui présenter ? Ou va t-elle tout simplement rester telle qu’elle est et vivre malgré tout ?

Rien (*****)

rienDeux comédiens talentueux, Jeanne Chartier et Loïc Bartolini, construisent un monde féérique et touchant à travers des personnages aussi fascinants qu’attachants. La pièce s’ouvre alors sur un couple tombant mystérieusement dans un autre monde. Ses deux personnes, cherchant désormais à retrouver leur monde initial, vont rencontrer des personnes extravagantes qui vont essayer de les aider, à leur façon, dans cette épreuve.

La mise en scène, très bien organisée et dirigée par seulement deux comédiens interprétant de multiples personnages, nous plonge avec merveille dans une ambiance onirique. Certains des aspects des personnages, leurs voix, leurs comportements ou simplement la manière dont les personnages essaient de sortir de cet espace, garanti des rires à n’en plus finir. Les comédiens arrivent à nous ancrer complètement dans un univers inconnu avec talent, ils peuvent jouer les mimes autant que les marionnettes.

Les spectateurs en sortent agréablement surpris.

Le Portrait de Dorian Gray (****)

le-portrait-de-dorian-grayLa pièce de théâtre Le Portrait de Dorian Gray est une interprétation très fidèle de l’histoire d’Oscar Wilde.

Dorian Gray est un jeune homme prestigieux qui, influencé, va développer son côté sombre. Un peintre propose de faire son portrait, et tellement que celui-ci ressemble à son sujet initial, le portrait et le personnage vont coexister jusqu’à se mélanger. L’âme de Dorian Gray se détériore à cause de ses actions immorales. Mais, au fil des années, le visage de Dorian Gray ne laisse paraître aucune trace de ce vice, alors que l’œuvre picturale semble se modifier de jour en jour. L’atmosphère du livre est parfaitement ressentie dans la pièce puisque le spectateur est plongé dans une salle obscure, ce qui crée une ambiance autant intrigante qu’obscure. Les comédiens sont compétents, ils créent des personnages à part entière, et afin de se rapprocher encore plus du public, ils vont même jusqu’à s’asseoir avec les spectateurs. Une pièce de théâtre qui retient l’attention.