Common (****)

common-nobodys-smiling-deluxe-coverLonnie Lynn Jr revient avec un dixième album forgé pour et par la ville qui l’a vu naître, Chicago. Pas de grands invités ici, seulement des artistes locaux. Et c’est en hôte à l’humilité sincère que Common reçoit. Il étale son flow unique avec la simplicité qui le caractérise, et se permet même de dérouler certains de ses meilleurs textes. Ce qui n’est pas peu dire aux vues des classiques qu’il a délivré tout au long de ses vingt-deux ans d’activisme. D’activisme, oui, la musique de Common a toujours été empreinte de messages, militante. Et le présent album ne fait pas exception. Alors certes, on pourrait reprocher à No ID (producteur exécutif de l’album) d’être brut et de ramener sans concession ce son qui faisait défaut aux précédents opus de son compère historique. Exit le côté soul/pop auquel Common nous avait habitués, mais cela fait partie du message. « Nobody’s Smiling ». Personne ne sourit. Le titre de l’album est évocateur, honnête et réaliste, comme chacun des morceaux qui le composent. Tout comme l’artiste lui-même. En somme, un retour aux sources réussi, exemplaire. Chicago peut être fière de son fils.

Avec mots-clefs , , .Lien pour marque-pages : permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>