La face cachée de Margo (***)

94031947_oMargo et Quentin se connaissent depuis l’enfance et ont vécu une épreuve traumatisante. Mais depuis le lycée, Margo a pris un autre chemin et ils ne se sont plus reparlé. Une nuit, elle s’infiltre dans sa chambre et lui demande de l’accompagner dans une expédition qu’il se rappellera toute sa vie. Alors, sans hésiter, il la suit. Mais le lendemain, elle a disparu. Et il semblerait que des indices soient cachés pour que Quentin puisse la retrouver.

Bien que le titre français soit contestable, l’œuvre ne l’est pas. John Green nous plonge dans une histoire pleine d’aventure et de mystère. Nous assistons à l’enquête que mène Quentin pour retrouver Margo, nous réfléchissons avec lui, et nous nous étonnons avec lui de la tournure des évènements. L’auteur développe les personnalités des personnages et les différencie des « à priori » que les autres ont sur eux. En effet, Margo a plusieurs facettes et personne ne sait qui elle est vraiment. Son nom est d’ailleurs emblématique de ce concept, elle s’appelle Margo Roth Spiegelman, et « Spiegel » (de l’allemand « miroir ») fait référence à sa personnalité qui s’ajuste en fonction de ce que les autres veulent qu’elle soit. Le livre est donc rempli de références et de philosophie et se base sur le concept de « Paper Town », c’est-à-dire de « villes en papier ». L’auteur se rapproche de ses lecteurs en dépeignant des personnages qui semblent réels, et non romancés. Les idées du départ et des différentes personnalités peuvent parfois être perçues comme survolées mais laissent le lecteur à ses propres réflexions.

Print Friendly, PDF & Email

4 commentaires sur “La face cachée de Margo (***)”

  1. Coup de cœur ? Peut être pas mais uniquement suite au fait que c’était ma première lecture en VO comme je l’ai acheté en pays étranger. Tant dans la construction de l’enquête que dans la structure du roman et la particularité des personnages sublimement bien imaginé, le roman ne fait pour ainsi dire aucun faux pas ! Encore un grand bravo à John Green pour ce roman.

  2. Un bon roman ? A ne pas en douter. Un coup de coeur ? Malheureusement non. Et pourquoi ? Parce qu’on parle de John Green, de son excellence dans le maniement des émotions, de ce fabuleux auteur qui sait nous mettre de grandes claques. Cette fois-ci, je n’ai pas eu ma grande claque. Parce que la fin ne m’a pas vraiment plu. Pour moi le « c’est comme ça, la vie continue », ce n’est pas ce que méritait ce livre.
    Il n’empêche que je l’ai dévoré, que l’histoire de Quentin et Margot est superbe, pleine d’humour de rebondissement. A noter tout de même que le titre orignial « Paper Town », correspond mille fois mieux à l’histoire.
    Je n’aime pas parler du contenu de l’histoire, je préfère laisser le plaisir aux gens de découvrir les mots par eux-même. Tout ce que je peux dire, c’est que l’histoire des villes de papier, elle mérite d’être lue et partagée. Oui, pour ceux qui ont lu Nos étoiles contraires, vous trouverez peut-être cette histoire moins prenante. Mais il n’y a rien de comparable car dans le fond, ce sont deux histoires qui n’ont qu’un auteur en commun. Un fabuleux auteur, qui plus est.
    Alors allez-y, tentez l’aventure. Moi je n’ai pas de regret.

  3. Moi, j’ai aimé. Ok ,c’est un livre pour ados ( que je ne suis plus…depuis longtemps) mais j’ai vraiment aimé ce petit côté un peu poétique et les belles images « philosophiques » de la fin. Il vaut la peine d’être lu.

Laisser un commentaire