Human (*****)

HUMAN-poster_mLe film documentaire de Yann Arthus Bertrand, Human, met en perspective l’humanité dans toute sa splendeur. En effet, le réalisateur et photographe a pris l’initiative de parcourir le monde dans le but de faire parler des personnes sur les sujets qui leur tiennent à cœur tels que la guerre, l’amour, la famille, la vie etc. Entre les interventions touchantes des personnes interviewées, des paysages vus du ciel parsèment le film, accompagnés d’une musique qui emmène le spectateur vers les civilisations évoquées.

Ce film est très touchant par sa capacité à retranscrire la vie d’habitants de pays si lointains. Ce qui le rend si émouvant reste bien sûr les paroles des intervenants, concernés par les sujets traités. On les voit alors penser, rire, et parfois pleurer car cela leur rappelle des souvenirs mis de côté. Alors, parce qu’on est tous humains, nous aussi nous rions et pleurons. Les personnes parlent de leur vie et de leurs conditions dans les yeux du photographe et parfois le regardent et lui disent « désolé ». 

Ce film paraît être libérateur, « catharsis » pour les personnes concernées, et pour nous, spectateurs, ce film nous fait réaliser que des personnes souffrent de problèmes dont nous n’avions pas idée, que des personnes n’ont encore pas la liberté qu’elles méritent, et que certaines vivent parce qu’il le faut et non parce qu’elles le veulent.

Human porte à réflexion, et c’est d’autant plus renforcé que le film est esthétiquement très beau et très bien filmé.

300, la naissance d’un empire (**)

300-la-naissance-dun-empireAu même moment que les 300 spartiates se battent aux portes chaudes, le général grec Thémistocle essaie par tous les moyens de réunir toutes les cités de Grèce, et en faire une armée invincible afin de se battre contre le terrible Xerxès.

Le film commence dans le sang et la violence. Mais l’histoire n’a pas la même audace et ni la même qualité que le premier volet de 300. La réalisation, qui n’est pas de Zack Snyder, manque de cette touche fantastique que le premier volet offrait. La version 3D, ne rattrape pas le manque dans le scénario.

Suivre l’histoire dans le temps et se situer par rapport au premier opus est difficile. Et il est désolant de voir les nouveaux acteurs qui essayent de bien faire, mais qui n’arrivent pas à la cheville du jeu de ceux qui faisaient partie du premier volet. Ils n’ont ni la prestance ni le charisme de Gérard Butler, qui interprétait le roi Léonidas, dans le premier 300. Il n’y a pas la touche d’époque ni le côté épique.