Imitation Game (*****)

Sans titrePendant la deuxième guerre mondiale, alors que les alliés en ont plein les bras avec la machine de guerre Nazi, le gouvernement anglais, sous la direction de Winston Churchill, fait appel à Alan Turing (Benedict Cumberbatch), un brillant mathématicien, pour « casser » l’encodage allemand Enigma, réputé indécodable. Face à la menace croissante de l’Allemagne Nazi et la capacité de son armée à vaincre les alliés sur tous les fronts, Turing et ses acolytes, n’ont pas le droit à l’erreur. Des millions de vies sont entre leurs mains. Casser le code n’est plus juste une option parmis tant d’autres, c’est la seule solution qui reste au monde libre pour vaincre Hitler avant qu’il ne soit trop tard.

Par où commencer pour décrire ce film… C’est un chef-d’oeuvre ! Un pur délice. Le scénario est brillamment ficelé. Pas une minute n’est laissée à d’insipides longueurs ou à des discussions ennuyantes comme on en voit trop souvent au cinéma ces derniers temps. La réalisation est impeccable. L’histoire est prenante dès les premières minutes, et ne se relâche qu’à la dernière seconde. C’est captivant, brillant et intriguant. Rien n’est laissé au hasard. On se surprend à s’attacher aux personnages et à vraiment vouloir qu’ils réussissent. Et que dire sur le jeu des acteurs si ce n’est qu’il soit magistral. Benedict Cumberbatch ne se contente pas de jouer Alan Turing, il est Alan Turing, jusqu’au bout des ongles. Ça impose le respect. Son talent d’acteur explose comme un feu d’artifice. Keira Knightley est brillante, magnifique et tient son rôle en main comme s’il avait été écrit seulement pour elle. Quant aux autres acteurs, tel Matthew Goode, ils sont tout simplement parfaits.